Généralités sur la morphologie externe des Copépodes planctoniques marins > Formes
 
   

Introduction | Morphologie générale | Morphologie des diverses parties du corps et des appendices | Dimensions | Formes | Principales modifications structurelles | Les antennules | Les antennes | Le cadre buccal : Labrum et labium | Les Mandibules | Les Maxillules ou premières maxilles | Les Maxilles (Maxilla) ou secondes maxilles | Les Maxillipèdes | Les pattes natatoires | Variation du nombre des segments corporels | Nomenclature des parties du corps et Métamérie | Structures et organes tégumentaires | Organes visuels | Variations de la morphologie | Sex-ratio | Gynandromorphisme et intersexualité | Accouplement | Parthénogénèse | Caractéristique de la ponte | Les formes larvaires | La durée du développement | La croissance | Régénération | Anomalies | Classification et Phylogénie | Références | Photothèque

 

Formes :

Elles sont à l'évidence en relation avec un certain type d'habitat (qu'il soit marin ou des eaux douces), et de comportement.
1- Les formes planctoniques en suspension, analogues à Calanus finmarchicus, ont de grandes antennules, un corps antérieur ovoïde et un corps postérieur cylindrique étroit, généralement plus court et prolongé par la furca munie de longues soies plumeuses dont la fonction de sustentation est évidente.
2- Les formes benthiques, vivant au contact des fonds ou dans les sédiments, ont un aspect cylindrique, le plus souvent sans délimitation nette entre les deux parties du corps, des antennules courtes, une furca brève avec seulement une ou deux soies longues et non plumeuse.
3- Les formes intermédiaires possèdent à la fois des comportements de nage et de fixation temporaire sur un substrat. Le corps antérieur, effilé vers l'arrière, se distingue du corps postérieur, mais la démarcation entre les deux parties est moins marquée que dans le premier groupe, moins cylindrique que le second, des antennules courtes.

Fig. G5 : Diverses formes d'HarpacticoïdesÀ l'exception parfois de la partie frontale, des angles postéro-latéraux du "dernier segment thoracique" visible, et du segment génital femelle, le corps ne s'orne pas de grandes épines ou d'expansions sauf quelques cas comme les Harpacticoïdes Laophonte horrida, dans le genre abyssal Pontostratiotes (fig. G5 , B) et le curieux Ceratonotus coineaui. On observe très fréquemment chez de nombreux copépodes la présence d'épines minuscules et plus ou moins nombreuses vers les segments postérieurs du corps, dorsalement et latéralement. Plus discrètement on peut apercevoir sur le corps la présence de microstructures épicuticulaires comme des micro-soies et des pores.

La forme du segment génital de la femelle perd souvent son aspect cylindrique en relation avec sa fonction. Sa structure interne et externe est parfois très complexe.
Ce segment montre une simple concavité ventrale chez Calanus finmarchicus, une aire génitale "en bouton" prononcé dans les genres Euchaeta, Paraeuchaeta, et être tout à fait déformé et asymétrique chez la plupart des Pontellidae.

Enfin la forme des diverses parties du corps ne peut être totalement indépendante du degré de développement des appendices qu'ils portent et de leur rôle fonctionnel, voire multifonctionnel.

   

 Toute utilisation de ce site pour une publication sera mentionnée avec la référence suivante :

Razouls C., de Bovée F., Kouwenberg J. et Desreumaux N., 2005-2017. - Diversité et répartition géographique chez les Copépodes planctoniques marins. Disponible sur http://copepodes.obs-banyuls.fr 
[Accédé le 28 mai 2017]

© copyright 2005-2017 CNRS, UPMC

Webmaster
Mentions légales et informations nominatives
Imprimer Contact Accueil Plan du site Accès restreint Retour
CNRS   Observatoire Océanologique de Banyuls sur Mer - Laboratoire Arago
UPMC - Paris Universitas

 

Version française
English version

 

Rechercher

Sur le WEB du CNRS


Copépodes planctoniques marins

Copépodes planctoniques marins

 

Une du Labo Imprimer Contact Plan du site Crédits Téléchargez les Plug-Ins