Généralités sur la morphologie externe des Copépodes planctoniques marins > Les Maxilles (Maxilla) ou secondes maxilles
 
   

Introduction | Morphologie générale | Morphologie des diverses parties du corps et des appendices | Dimensions | Formes | Principales modifications structurelles | Les antennules | Les antennes | Le cadre buccal : Labrum et labium | Les Mandibules | Les Maxillules ou premières maxilles | Les Maxilles (Maxilla) ou secondes maxilles | Les Maxillipèdes | Les pattes natatoires | Variation du nombre des segments corporels | Nomenclature des parties du corps et Métamérie | Structures et organes tégumentaires | Organes visuels | Variations de la morphologie | Sex-ratio | Gynandromorphisme et intersexualité | Accouplement | Parthénogénèse | Caractéristique de la ponte | Les formes larvaires | La durée du développement | La croissance | Régénération | Anomalies | Classification et Phylogénie | Références | Photothèque

 

Les Maxilles (Maxilla) ou secondes maxilles (Mx2) :

Basic copepod maxilla (anterior view)

Elles ont été considérées à tort par divers auteurs comme des maxillipèdes antérieurs (Mxp1) en raison de leur proximité topographique, et souvent de leurs ressemblances avec les appendices suivants (fig. G3, E).
Le sympodite est presque normal, à précoxa et coxa le plus souvent soudés, plus un basis. Ces segments basilaires foliacés ont des expansions (ou endites) munies de soies et un endopodite. L'exopodite a disparu.
Chez tous les groupes ganathostomes, la stucture est comparable. La tendance générale dans tous les groupes conduit à une réduction du nombre des endites (de la base vers l'extrémité distale) et une diversification des soies dont certaines sont fortes et spinulées, et d'autres une fonction sensorielle. Sa forme et son armature peuvent être en relation avec le régime alimentaire (Landry et Fagerness, 1988; Ohtsuka, Shimozu, Tanimura et al.,1996).
La cavité buccale, dans le cas où elle est largement ouverte, rend l'assistance de la seconde maxille utile pour le maintien des particules sur la bouche.
Chez certaines formes d'Harpacticoïdes et de Cyclopoïdes non gnathostomes, la partie distale de l'appendice devient plus ou moins subchéliforme et préhensile (fig. G3, E, b2). À la base des deux maxilles, sur la membrane arthropodiale réunissant la surface interne de l'appendice au céphalothorax, s'ouvrent les extrémités de la paire de glandes maxillaires. Il s'agit de la persistance de l'un des organes excréteurs d'une série segmentaire plus ancienne, comme le montre au cours du développement la disparition des glandes antennaires, lesquelles ne subsistent que dans le petit groupe des Misophrioida (Boxshall, 1982).

   

 Toute utilisation de ce site pour une publication sera mentionnée avec la référence suivante :

Razouls C., de Bovée F., Kouwenberg J. et Desreumaux N., 2005-2017. - Diversité et répartition géographique chez les Copépodes planctoniques marins. Disponible sur http://copepodes.obs-banyuls.fr 
[Accédé le 20 août 2017]

© copyright 2005-2017 CNRS, UPMC

Webmaster
Mentions légales et informations nominatives
Imprimer Contact Accueil Plan du site Accès restreint Retour
CNRS   Observatoire Océanologique de Banyuls sur Mer - Laboratoire Arago
UPMC - Paris Universitas

 

Version française
English version

 

Rechercher

Sur le WEB du CNRS


Copépodes planctoniques marins

Copépodes planctoniques marins

 

Une du Labo Imprimer Contact Plan du site Crédits Téléchargez les Plug-Ins